STAGE HBC AVEC SLAVA POPOV 

5 DÉCEMBRE 2020


CONFÉRENCE MEDECINE TIBETAINE

12-13 DÉCEMBRE 2020



 A SIERENTZ

plus d'événements sous l'onglet HOME 


Academia cum laude​ 

Parce que l'excellence est le meilleur choix

LEARN MORE

NOS DISCIPLINES


POLE DANCE & POLE SPORT

La pole dance (anglicisme parfois traduit en danse à la barre verticale) est une discipline qui mêle danse et acrobaties autour d'une barre. Cette danse, pratiquée à l'origine dans les cirques forains itinérants où des artistes en tenue légère dansaient autour des poteaux soutenant le chapiteau pour distraire les spectateurs, puis par les strip-teaseuses à partir de la fin des années 1960, est devenue une discipline sportive et artistique à part entière à partir des années 1990.

C’est une discipline qui demande force et souplesse pour évoluer avec grâce, et qui peut prendre une forme artistique et créative. 

Contrairement aux idées reçues, la pole dance est accessible au plus grand nombre, toute personne apte à pratiquer du sport peut s'initier à la pole dance. Elle peut être pratiquée aussi bien par les femmes que par les hommes.

La pole dance se distingue du pole sport par l'approche plus artistique que gymnique de la pratique, la technique est la même pour les deux disciplines.



Le pole sport (également appelé pole fitness en anglais) et la pole dance partagent la même technique, la différence réside dans le style. Le pole sport s'inscrit dans une pratique très gymnique, incluant peu de danse ou de transitions entre deux figures, la pole dance cherche à mettre la performance physique au service d'une performance artistique, on va plus y développer la partie danse, la grâce, la sensibilité artistique et la musicalité.




BURLESQUE - EFFEUILLAGE


Mélange de Cabaret, Théâtre, Danse et mime, le burlesque est une discipline 100 pourcent féminine.

Le Burlesque c'est apprivoiser avec grâce les mouvements du corps et exacerber la féminité.


Des exercices de Barre, échauffement et chorégraphies ainsi que du jeu théâtral viendront compléter cette discipline.



Les origines du Burlesque  ( New Burlesque) émanent d'une volonté de rendre hommage à deux époques. La première est la fin du XIXe siècle, qui voit naître les spectacles légers des cabarets de Paris devenus depuis mondialement célèbres, comme les Folies Bergère, le Moulin Rouge ou le Chat noir. C'est à cette époque que ce genre particulier de spectacles s'exporte aux États-Unis sous le nom originel de burlesque. Alors que s'achève la conquête de l'ouest du pays, les artistes itinérants du monde du cirque emmènent en tournée des spectacles plus particulièrement destinés à un public averti, et spectacles insolites mais aussi girl-shows dans lesquels les artistes se dévoilent plus ou moins.

DANSES ESPAGNOLES


 Les danses espagnoles sont composées par plusieurs danses:

Les danses basques

La danse flamenco,

Les sevillanas,

La muiñeira,

La jota,

La danse classique espagnole,

Le ballet espagnol,

Les danses folkloriques espagnoles


Le flamenco est un genre musical et une danse datant du XVIIIe siècle qui se danse seul, créé par le peuple andalou, sur la base d'un folklore populaire issu des diverses cultures qui s'épanouiront au long des siècles en Andalousie.

À l'origine, le flamenco consistait en un simple cante (chant) a cappella, établi dans le triangle formé par Triana (Séville), Jerez et Cadix. Le mot cante s'applique essentiellement au chant flamenco, car le mot habituel en espagnol pour dire chant est canto. L’appellation traditionnelle du flamenco est d'ailleurs le cante jondo (ou « chant profond », variante andalouse de l'espagnol hondo). Les chanteurs et chanteuses de flamenco sont appelés cantaor ou cantaora (variante andalouse de l'espagnol cantador : « chanteur », ou cantante : « chanteur lyrique »).

Les claquements des mains pour accompagner ce chant s'appellent palmas, et la danse se nomme el baile (bailaor : « danseur » ; bailaora : « danseuse », termes réservés aux danseurs de flamenco, car le terme générique en espagnol pour « danseur » est bailarín au théâtre ou danzante dans une procession). La percussion, en plus des palmas polyrythmiques, se fait souvent avec les pieds : le zapateado, une sorte de claquettes inspirée de la danse de groupe de type traditionnel dite chacarera, toujours pratiquée dans certains pays d'Amérique latine. Comme percussion, les castagnettes, héritage de l'antiquité romaine, sont encore parfois utilisées, suivies du mouvement des poignets. Les mains et les doigts proposent aussi des figures très travaillées et expressives appelées floreos1. La danse représente une fusion stylistique entre la chacarera, le mouvement artistique du toreo de salon, et la danse du ventre ; elle relève aussi probablement, comme source lointaine, de certaines danses indiennes, peut-être apportées en Andalousie par le peuple gitan, lequel se trouve au cœur de la construction culturelle que représente le flamenco, lui-même partie prenante intime de l'âme espagnole.

La guitare classique française s'apparente à la guitare flamenca, même si cette dernière est plus fine, plus légère et rend un son plus clair, métallique, brillant et moins velouté. La musique qui accompagne le chant ou la danse, ou qui joue seule, est nommée el toque (jeu de guitare essentiellement, même si aujourd'hui, dans le nouveau flamenco, on trouve aussi du piano et d'autres instruments). Le musicien de flamenco est appelé tocaor, par déformation dialectale andalouse de l'espagnol tocador (joueur de guitare, musicien). À l'époque contemporaine, la percussion se fait souvent aussi avec le cajón, instrument des musiques traditionnelles péruviennes depuis le XVIIIe siècle ; celui-ci fut rapporté du Pérou par Paco de Lucía.